Sac à dos, couchage et bivouac

Le problème du couchage est surtout celui du maintien de la température corporelle au repos… Alors même que l’organisme ne produit pas de chaleur… Ainsi le sac de couchage et les vêtements vous isolent de l’air extérieur alors que la tente fera office de protection contre la pluie et le vent. Le transport du sac de couchage peut très bien être intégré sur le sac à dos.

sac à dos

Le sac de couchage

Le sac de couchage est une enveloppe qui maintient autour de vous une couche d’air réchauffée par votre corps. C’est donc son pouvoir isolant qui fera sa qualité, et l’air étant le meilleur des isolants… Sa capacité d’air devra être importante. Lorsque l’on déplie son sac de couchage, on voit ainsi son volume augmenter petit à petit. Pour cela, les fabricants utilisent des fibres synthétiques en forme de ressort qui ont la capacité de se détendre après avoir été comprimées.

Ces fibres ont la forme de tubes creux, comme les poils des ours polaires, pour pouvoir emmagasiner de l’air. L’autre type de garnissage utilisé est le duvet de canard ou d’oie. Les meilleurs sont les duvets d’oie baptisés triples 0, chiffre qui fait référence au traitement des plumes. Le duvet est associé à des plumettes élastiques (environ 25% du garnissage), qui assurent le « gonflant ». L’indice dit CUIN du garnissage mesure son gonflant. A partir d’un indice CUIN de 700, on entre dans la catégorie des très bons sacs de couchage.

Choisir son sac de couchage pour le porter sur le sac à dos

Les sacs de couchage garnis de duvet sont performants, légers et compressibles, ce qui est appréciable lorsque l’on remplit son sac à dos. Malheureusement, ils perdent leur pouvoir isolant dans les ambiances humides qui agglomèrent le duvet et l’empêchent de se gonfler. Les garnissages synthétiques ne craignent pas l’humidité et restent chauds même mouillés. Ils sont généralement moins chers mais ne se compressent pas bien et sont beaucoup plus lourds.

Votre sac de couchage est également caractérisé par des indices de température qui sont depuis peu normalisés et reçoivent donc un marquage CE Norme EN 13537. Elle définit une température de confort et une température limite inférieure qui sont la plage d’utilisation du sac de couchage. La température extrême est celle à laquelle votre sac vous protégera quelques heures de l’hypothermie, mais pas des gelures. II ne faut, dans la mesure du possible, pas jouer avec. On choisira donc sa plage de température en fonction de l’usage que l’on fera de son duvet. Souvent, les randonneurs passionnés en possèdent plusieurs, au moins un pour chaque saison…

En tout état de cause, la conception du duvet est très importante dans son pouvoir isolant. Les duvets conçus pour des températures de confort autour de -10° C sont les plus polyvalents car ils peuvent être utilisés quasiment en toute saison. Comme c’est la chaleur de votre corps qui réchauffe l’air dans le duvet, votre métabolisme propre reste une variable à gérer. Les frileux prendront donc un duvet plus performant. Pour affronter des conditions de froid extrêmes, il faudra impérativement acquérir un sac dont la température de confort se situera entre -30 et -40° C.

L’entretien du sac de couchage

II est toujours délicat de laver un tel matériel. Utiliser un drap de sac espacera d’autant les lavages. Après utilisation, chaque jour dans l’idéal, il faut ouvrir son sac de couchage et le laisser s’aérer dans un endroit propre (sur un rocher, suspendu à une branche, sur le double toit de la tente…). Au retour de la randonnée, laissez-le parfaitement sécher et s’aérer avant de le ranger sinon des moisissures peuvent s’y développer. II ne faut surtout pas laver son sac de couchage à sec. Les produits utilisés étant très agressifs pour le garnissage. On le lavera donc en machine à 30/35°… Avec un programme pour linge délicat, en utilisant du savon de Marseille ou du shampoing.

II existe aussi des produits spéciaux pour le lavage des garnissages en duvet. Le rinçage et l’essorage seront le plus doux possible. Pour le séchage, on le fera à l’air libre, à plat, en secouant régulièrement le sac pour éviter que le garnissage ne s’agglomère. Au sèche-linge on procédera en plusieurs cycles d’environ 15 minutes. Entre chaque cycle on secouera également le sac. Ensuite, on peut le suspendre dans un endroit sec pendant 48 heures en veillant toujours à bien répartir le garnissage, avant de le ranger suspendu sur un cintre ou plié en 3 sur une étagère, mais jamais dans son sac de compression. On risquerait de casser les fibres ou les plumettes du garnissage, ce qui nuirait au gonflant et à l’isolation du sac.

Comment acheter son sac à dos et son sac de couchage

La meilleure solution est d’aller consulter le site mon-sacados.com où il y a tous le sac à dos qui vous ira bien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *