La boxe thaïe et le sac de frappe

La progression des exercices est importante pour mener à bien un entrainement en boxe. Avec les exercices au sac de frappe, la corde à sauter a une place importante dans la progression de la boxe.

sac de frappe

Le saut la corde est l’exercice typique réalisé au début de la phase d’échauffement de l’entrainement de boxe thaïe. Il s’agit d’un exercice complet, adopté par les boxeurs occidentaux également, qui permet d’augmenter la température corporelle et de stimuler les fascias musculaires. Ainsi que les fonctions physiologiques requises par ce genre de sport. Rob Kaman, l’un des plus célèbres champions du monde de boxe thaïlandaise, exécute avant chaque entrainement un échauffement de six rounds de trois minutes…

Sans interruption. Cet échauffement ne convient certes pas à tous les pratiquants. Mais cela prouve que dans certains cas, le corps d’un athlète peut demander une activité plus intense pour accélérer le processus d’adaptation aux conditions de travail idéales. Outre les bienfaits physiques immédiats qu’il procure… Le saut à la corde permet d’effectuer des exercices de coordination motrice (saut avec les bras croisés, en changeant alternativement de pied), qui préparent au travail technique proprement dit. On peut en effet sauter à pieds joints, sur l’un ou l’autre pied… En modulant la vitesse de rotation de la corde selon les capacités et l’adresse de l’athlète.

Les technique de la corde et du sac de frappe

Après le sac de frappe, les Thaïlandais préfèrent recourir à un type de corde légèrement différente de celle en cuir employée par les boxeurs occidentaux. Le modèle thaï se compose habituellement d’un tuyau de caoutchouc assez lourd, muni d’une poignée à chaque extrémité.

  • Une course brève, plusieurs séries de jumping jacks et quelques accélérations pliométriques pourront parfaitement remplacer la phase de saut à la corde pour quiconque n’en disposerait pas.
  • On passera ensuite à une mobilisation des articulations, exécutée lentement, depuis la tête et les membres supérieurs jusqu’aux chevilles.
  • On terminera par quelques exercices de stretching.
  • Arrivé à ce stade, on pourra effectuer dans le vide plusieurs exercices techniques. Toujours sans forcer ni essayer d’atteindre le maximum de l’amplitude articulaire.

La phase technique

La boxe thaïe en particulier inclut la pratique du kadam training, qui prépare l’athlète à la phase technique. Le kadam training s’accomplit en marchant le long du périmètre de la salle d’entrainement et en réalisant librement diverses techniques. Il est inutile, voire déconseillé, de déployer toute sa puissance : il suffit d’évoluer sans contrainte en répétant les figures techniques les plus conformes à sa nature.

L’échauffement général s’achève par une série d’exercices destinés à stimuler modérément l’emploi de la force. Il s’agit d’un travail par deux caractères isométriques, où l’athlète exécute des tractions ou des poussées contre un obstacle. Un partenaire ou un sac de frappe qui oppose une résistance statique. Ces exercices s’avèrent très utiles pour préparer le corps aux phases de clinch… Durant lesquelles le boxeur associe la lutte à l’application des coups.

Voici les plus courants exercice de combat :

Les deux athlètes se font face, épaule contre épaule, en plaçant chacun les mains sur un flanc et sur le tronc de l’autre. Pendant quelques secondes (pas plus de 7 ou 8 à chaque fois), ils essaieront de se pousser. L’un gagnant du terrain au détriment de l’autre, et ils répéteront l’exercice à trois reprises consécutives. Toujours face à face, les deux athlètes se saisiront par les poignets en tirant cette fois chacun vers soi pendant un temps aussi limité.

On pourra dès lors commencer à aborder le vif du sujet avec le ping-pong. En évoluant librement, les deux athlètes échangeront des combinaisons d’une ou deux techniques au choix. En se contentant de recevoir les coups qu’ils amortiront par des déplacements latéraux. Le ping-pong développe la capacité cardio-vasculaire dans une situation très semblable à celle du combat réel… En améliorant la motricité caractéristique de ce sport. Tels sont les exercices qui précèdent n’importe quel type d’entrainement. La fin des cours s’accompagnera bien entendu toujours d’une série d’exercices similaires, effectués avec une intensité décroissante, pour garantir un retour au calme de l’organisme. Nous sommes maintenant prêts à nous plonger dans le travail de préparation physique.

Des renseignements plus complet sur le sac de frappe sont disponible sur le site mon-sacdefrappe.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *